Vous êtes ici : Accueil | Façons de donner: Programmes respiratoires

Sommaire de votre don

Nous émettons automatiquement des reçus aux fins d’impôt pour tous les dons de 15 $ et plus.

Respirer mieux… notre règle d’or

Le seul programme au Québec

L’Hôpital Mont-Sinaï possède le seul programme externe de réadaptation pulmonaire offert dans la province. Administré par une équipe multidisciplinaire remarquable et dirigé par une femme dévouée, la Dre Nathalie Saad, le programme global de groupe, d’une durée de huit semaines, vise à réduire les symptômes, à augmenter l’activité physique et à améliorer la qualité de vie des patients souffrant de maladie respiratoire chronique.

Le programme est divisé en trois séances de deux heures par semaine et comprend des exercices et des enseignements intensifs. L’approche fait le point sur la médication, la nutrition et, bien sûr, l’abandon du tabac. Les patients nous sont envoyés par d’autres organismes et font l’objet d’un processus de sélection afin d’assurer qu’ils peuvent recevoir une qualité optimale de soins personnalisés. Le programme considère le patient dans sa globalité et examine les aspects physiques, psychologiques et émotifs de chaque personne. Une fois terminé, le programme comporte une période additionnelle de maintien de huit semaines et une évaluation des résultats obtenus suivant la participation au programme, une étape qui fait l’objet d’un suivi intensif. Cette continuité de soins explique le grand succès du programme.

Ce traitement remarquable aide les gens à se tenir loin des hôpitaux et des salles d’urgence. L’intervention non pharmacologique est la plus efficace pour améliorer la santé des patients souffrant de MPOC (International Journal on COPD, 2014) et elle respecte les règles d’or établies. Les pratiques exemplaires utilisées constituent une référence en matière d’excellence. Sans le soutien des dons privés, ce programme irremplaçable n’existerait pas. Selon les propos de la Dre Saad, « Ce programme unique existe et sert la communauté de patients aux prises avec des problèmes respiratoires seulement grâce au financement privé et, sans ce dernier, le programme ne pourrait pas continuer. Nous sommes profondément reconnaissants. »